En 1538, Martin Guerre, née dans la Biscaye en 1527 Martin Guerre épouse Bertrande de Rols, née à Artigat la même année. Les deux jeunes gens sont issue de parents qui, de paysans, se sont hissé au rang de « demi bourgeois », ni bourgeois ni simple paysans. C'est-à-dire que, sans être pauvre, ils ne sont pas riche.

Si au début de leur mariage leur jeune âge les empêche de consommer leur union, il se passe neuf ans sans que Martin puisse honorer son épouse. Tandis qu'elle devient une belle jeune femme, il est d'un physique quelconque. Toutefois, en raison de leur jeune âge, ils ne consomment pas leur union.
Les années passent sans qu'il n'arrive un héritier, si bien qu'on  le croit maléficié, malgré les messes ordonnées par sa femme et les potions qu'elle commandait à une rebouteuse du village. En dépit de l'insistance des parents qui conseillent à Bertrande de faire un procès à Martin, afin de s'en séparer, elle reste avec lui envers et contre tous.

Finalement âgé de vingt ans, Martin Guerre parvient à avoir un héritier, du nom de Sanxi; en 1548. Le couple semble couler des jours heureux, mais en 1549 Martin est accusé par son père de lui avoir volé du grain. Décidant que le coin lui était devenu dangereux, ou alors par lassitude de la vie qu'il mène, Martin quitte le pays Basque et disparaît totalement. Bertrande reste seule avec son enfant, mais ne se remarie pas, bien qu'encore une fois encouragé par ses parents à reprendre un époux. Martin parti, Pierre Guerre, son oncle, prend la régence de ses terres. Sous sa férule, il fait fructifier les biens et l'héritage de Martin Guerre, non sans empocher sa part de bénéfices. Mais voilà que huit ans après sa disparition, un homme survient et prétend s'appeler Martin Guerre.

L'enfant prodigue du pays ressemble en effet à Martin Guerre. De plus, il reconnaît les villageois, ses frères et soeurs. Il donne des détails sur sa vie intime que seul lui et sa femme peuvent connaître. Bertrande elle-même le reconnut comme son époux légitime. Martin remercie son oncle d'avoir protégé ses biens et sa terre et réclame son héritage, son père étant décédé durant son absence.

Martin et Bertrande reprirent donc leur vie commune, non sans susciter la méfiance de Pierre Guerre, qui le soupçonne d'être un imposteur, d'autant plus qu'il avait épousé entre temps la mère de Bertrande. Le couple réunit eut deux autres enfants dont une mourut en bas âge.

Mais voilà que trois ans après sa réapparition, Martin réclame ses comptes à son oncle, sa part des bénéfices sur ses terres. Celui-ci, qui espérait mettre la main dessus devient méfiant.
On interroge les villageois, les personnes ayant connu autrefois Martin, sans qu'une opinion tranchée ne puisse se dégager. Pierre Guerre continu son enquête et retrouve un soldat qui affirme que Martin a perdu une jambe à la guerre. Il pense avoir découvert l'identité de l'imposteur, Martin du Thil. Il intente un procès à celui qu'il considère comme un faux Martin Guerre.

De très nombreuses personnes sont interrogées, le village est divisé. Les soeurs de Martin, Bertrande elle-même le reconnaît. L'accusé raconte sa vie avant son départ, ce qu'il fit durant son absence, se montre convaincant. Puis on le compare à Sanxi, le premier enfant du couple. L'enfant ressemble bien à ses tantes, mais ne présente que peu de traits en commun avec l'accusé, qui est en conséquences condamné à la décapitation, puis au démembrement.

Bien entendu, il fait aussitôt appel et quelques semaines après s'ouvre un second procès. Cette fois encore, tout le village est convoqué, on reconnaît Martin Guerre, mais certaines personnes reconnaissent un autre homme, un dénommé Martin du Tilh, homme de mauvaise réputation. Le cordonnier du village déclare au tribunal que l'accusé à un pied plus petit que celui de Martin Guerre. Le soldat retrouvé par Pierre Guerre témoigne qu'un boulet de canon a arraché la jambe de Martin Guerre.
Le juge, devant les témoignages contradictoires, décide de ne pas le condamner, déclarant qu'un coupable en liberté valait mieux qu'un innocent condamné à mort. Mais à ce moment précis arrive un ultime témoin. Il dit être le vrai Marin Guerre, il marche avec une jambe de bois et ressemble extraordinairement à l'accusé.

Il raconte qu'il revient d'Espagne, ou il fit la guerre du coté Espagnole. Alors qu'il combattait dans les Flandres, il fut amputé de la jambe qu'un boulet de canon avait presque arraché. Alors qu'il était soigné dans un dispensaire survint un homme, qui lui ressemblait comme un jumeau. Martin eut alors la faiblesse de lui parler de sa vie, de son mariage et de son fils.
Martin du Tilh, pensant que Martin allait mourir de gangrène, décida de s'approprier sa vie et son identité. Durant le chemin qui le mena chez Martin, il se renseigne sur son histoire, si bien qu'il connût par coeur les moindre détails de la vie de Martin.

Devant le témoignage de Martin, Bertrande se jeta à son cou et implora son pardon, lui dit que la joie de retrouver son époux, et les détails qu'il donna l'avait abusé. Mais Martin resta implacable et rejeta ses excuses, objectant qu'elle avait bien voulu se laisser tromper, car l'imposteur lui était plaisant.
Arnaud du Thil fut condamné à demander pardon à Martin, Bertrande, au village et à Dieu, puis à la pendaison.

Trois jours plus tard, alors qu'on le mène à l'échafaud dressé devant la maison de Martin Guerre, il s'effondre et avoue enfin son crime. Bertrande fut poursuivit pour adultère, mais les juges la déclarèrent de bonne foi, tant la ressemblance entre Arnaud du Tilh et Martin guerre était grande.

 

 

A lire: Le Retour de Martin Guerre de Natalie Zemon Davis

le retour de martin guerre

 

 

A voir: Le retour de Martin Guerre, film de Daniel Vigne réalisé en 1982, avec Gérard Depardieu, Nathalie Baye et Bernard-Pierre Donnadieu.