hilton_10Bien avant les héritières des palaces du même nom, deux soeurs Hilton, Violet et Daisy,  se firent connaître dans le monde entier. Jumelles jointe par le bas de la colonne vertébrale, elles connurent un vif succès au music-hall avant de mourir dans la misère. Bien qu'une séparation sembla possible à plusieurs médecins, puisque qu'elles ne partageaient aucun organes, leur flux sanguin était commun, ce qui aurai compliqué l'opération.

  Filles de Kate Skinner, une barmaid fauchée et d'un père inconnu, elles virent le jour en février 1908 à Brighton (Angleterre). Leur mère ne pouvant financièrement pas s'occuper d'elles, l'épouse du patron de l'infortunée, Mrs Meyer, lui fit signer un acte de renoncement et adopta les jumelles conjointes.

Leur grand-mère par adoption, Mary Hilton, décida de les montrer au public moyennant quelque argent. Elle leur fit apprendre la musique, le chant et la danse et leur interdisait toute vie en dehors de la maison. Leur père adoptif les emmenèrent en tournée à travers l'Angleterre, dormait avec les soeurs et abusait d'elles régulièrement.
Elles obtinrent un vif succès, tant pour que leur don pour la musique que pour leurs visages avenant, d'autant que leur « protectrice », Mary Hilton, n'hésitait pas à leur faire partager le lit de ses amants de passage.

La mort de Mary ne signifia pas que les soeurs Hilton furent libérées de leur exploitation, leurs parents adoptifs prenant la relève. Âgées de 22 ans, elles voyagèrent à travers les USA et la tourné qu'elles effectuèrent finança l'immense demeure que les Meyer s'offrirent en Californie. C'est au cours d'un spectacle qu'un procureur, révolté par leur sort, les convainquit d'entamer une procédure contre les Meyer. Il parvint à rompre le contrat qui liait les soeurs à leurs parents adoptifs et ces derniers furent condamné à verser cent mille dollars aux soeurs. Elles les mirent à profit pour monter une revue où elles chantaient, jouaient de la clarinette, du piano, du saxophone et de la trompette.
hilton_1       hilton_8

              De grandes musiciennes                       Se livrant à des tâches de la vie courante

En 1932, le célèbre cirque Barnum signa un contrat avec les soeurs Hilton et leur permit de jouer leurs propres rôles dans le très connu "Freaks" de Tod Browning. Déjà populaires, elles furent propulsées au rang de vedettes, avec l'argent qui va avec et son cortège d'aventures amoureuses, des personnalités alors en vue ayant l'heur de partager leur lit.

La foule cependant ne se lassait pas de s'interroger sur leur vie amoureuse, et elles même ne se privaient pas de fournir maints détails à ce sujet. Ainsi, contrairement à ce qui est montré dans le film (une des soeurs ressentant du plaisir lorsque l'autre embrasse son amant), elles sont totalement séparées de ce côté-là : si l'une étreignait un homme, l'autre ne sentait rien (ce que démentirent plusieurs de leurs nombreux amants).


En 1936, Violetta fît la connaissance d'un homme avec qui elle voulut faire sa vie, James W. Moore. Ils tentèrent de se marier, mais aucun juge ne leur accorda ce droit, en vertu de la jurisprudence existante. Le fiancé finit par se lasser et ne refit jamais surface. Elle jeta ensuite son dévolue sur un musicien, Maurice Lambert. Cette fois, la demande d'union se fit au Texas, qui par le passé avait accordé le mariage aux jumeaux conjoint Chang et Eng Bunker. Cependant, le mariage de Violette et de son musicien de dura que quelques semaines.
Puis vint le tour de Daisy de se marier à un danseur, qui l'abandonna moins de deux semaines après, las de cet étrange ménage à trois.

En 1950, elles apparaissent dans un film qui, s'il fut bien accueilli par la critique, s'avéra être un désastre financier, le public s'étant lassé d'elles entre temps.
En 1960, Freaks connut une seconde sortie, les jumelles espérant relancer leur carrière comme cela, une tourné à travers le pays étant au programme. Mais en fait de fortune, c'est la misère qui les attend, l'homme d'affaire qui avait prévu la tourné se révéla un escroc: elles furent abandonnées sans le sou sur le bord d'une route. Elles sont contrainte de travailler dans une supérette.

En 1969 la police, alertée par leur patron inquiet de ne les plus voir trouve les deux soeurs mortes chez elles victimes de la grippe asiatique.

 

 

 

hilton_7 A l'age de quatre ans     hilton_2

                                                                                                                     A la plage....