Vctor Lustig 1

Dans cet article, nous ferons la connaissance de l'un des filous les plus géniaux qui soient. Cet homme atypique se rendit coupable de l'escroquerie la plus ingénieuse de l'histoire.

Victor Lustig naquit le 4 janvier 1890 dans une famille de la bourgeoisie austro-hongroise. Enfant unique, Victor était choyé et reçut une éducation studieuse. Il étudia dans les meilleures écoles et eut les meilleurs professeurs tant et si bien qu'il maîtrisa parfaitement la rhétorique et parlait cinq langues.

Son intelligence, sa gouaille et son talent pour les beaux discours lui auraient sans nul doute permis d'embrasser une carrière honnête d'avocat ou de commercial mais il prit un tout autre chemin. A l'âge de 19 ans, il tomba amoureux d'une fille mais un rival qui avait jeté son dévolu sur la belle le blessa à l'oeil: Victor devait garder une cicatrice à vie.

Après quelques passages de courte durée en prison pour des broutilles, il prit la pleine mesure de son talent d'escroc.

Il s'embarqua dans les plus prestigieux paquebots transatlantique dont il écumait les salles de jeu. Sa seule occupation était le poker. Ayant appris à truquer les cartes il gagnait sa vie en hantant les casinos des paquebots. Cependant la première guerre mondiale mit fin à ses activités, les mers n'étant plus tout à fait sûres pour les bateaux de plaisance. Et puis l'Europe ayant d'autres préoccupations que les jeux, il gagna les USA afin d'y poursuivre à plein temps sa carrière d'arnaqueur.

Son allure distinguée fut très appréciée au nouveau monde où il gagna sa vie en multipliant les magouilles. Il passa néanmoins une partie de son séjour en prison suite à un coup ayant mal tourné.
L'arnaque préférée de Lustig, fort rentable, était la boite à billet.
Il prétendait en effet posséder une machine capable de créer de faux billets de banque indécelables. Il suffisait d'y glisser un billet pour qu'il en ressorte un identique. Bien entendu tout ceci était faux et la victime flouée ne pouvait porter plainte sans se dénoncer pour tentative de circulation de fausse monnaie.

En 1925 Lustig est quelque peu désargenté après plusieurs séjours en prison et rejoint la France. Habitué à mener la grande vie, il lui faut faire un coup de génie pour se renflouer. Et c'est un article dans un journal qui lui en donne l'occasion. Celui-ci indique que l'entretien de la tour Eiffel est de plus en plus lourd à supporter et est accompagné d'un dessin satyrique demandant si on devait la vendre. Voilà de quoi donner des idées à cet aigrefin professionnel.

Il utilise ses relations pour se procurer un papier à en-tête de la ville de Paris et écrivit à six gros bonnets du monde des affaires, tous vendeurs de métal en gros. Il se fit passer pour un fonctionnaire de l'Etat. Doté d'une excellente instruction, il n'eut aucun mal convaincre ses pigeons. Il les convia à une vente aux enchères à l'aveugle tout en flattant ses gogos en leur rappelant leur excellente réputation et leur grande solidité financière. Il alla jusqu'à faire visiter la tour à ses invités sans payer le prix de la visite car il fit croire au guichetier qu'il dépendait de la ville de Paris!

Bien entendu la vente aux enchères est une mise en scène car Lustig a déjà ferré sa proie, le plus naïf des hommes d'affaires convoqués en la personne d'André Poisson, nouveau riche qui espérait se faire un nom... Et en effet, l'histoire retient son nom bien qu'il eut préféré se faire oublier.

La malheureuse victime ayant acheté la tour Eiffel eut une drôle de surprise quand il voulut prendre possession de son bien mais étonnamment il ne porta jamais plainte par peur du ridicule.

Quelques semaines après, Lustig tenta le même coup avec un autre ferrailleur, mais ce dernier, plus méfiant, refusa la transaction et contacta la police. Notre escroc s'enfuit aux Etats-unis d'Amerique sans demander son reste toujours dans le but de s'enrichir au dépend des personnes naïves.

Nous le retrouvons des lors en Oklaoma, emprisonné pour possession de fausses devises.

Emprisonné dans une prison locale avant son jugement, il refit le coup de l'imprimante au chef de la police et lui promit de faire de lui en faire cadeau en échange de sa liberté. Une fois Lustig parti il essaya son imprimante à billet et se rendit compte trop tard qu'il s'était fait rouler. Furieux traqua et le rattrapa à Chicago. C'est ici que Lustig rencontre un certain Al Capone, qui s'était laisser avoir avec le coup de l'imprimante à billets!

Le chef de la police voulut arrêter Lustig, mais ce dernier réussi à le convaincre qu'il ne savait pas utiliser la machine et que c'est pour cela qu'il n'arrivait pas à créer de faux billets. Il lui en refit la démonstration. Aussi improbable que cela puisse paraitre, l'homme goba tout et repartit même avec une liasse de billet de cent dollars offert par Lustig en guise de dédommagement. Le policier fut arrêté plus tard pour possession de fausse monnaie.

En 1934, le gouvernement fédéral, lassé par la fausse monnaie de plus en plus envahissante, instaura une commission pour en d'en terminer la source. Un des contact de Lustig le dénonça et ce dernier fut appréhendé. Il tenta de convaincre qu'il était innocent son bagou n'y fit rien: on retrouva dans ses affaires 51000 dollar de fausses devises ainsi que des plaque d'impression de billets.

Coffré en vue de son jugement, il réussit à s'enfuir mais reprit un mois après. Le 5 décembre 1935 il fut condamné à 15 ans de prison, qu'il purge à Alcatraz, où était déjà enfermé Capone.

Al Capone

Al Capone



Mal soigné d'une pneumonie, Lustig meurt le 11 mars 1947, 6 semaines après Capone.

 

*

*        *

*

 

 

Victor Lustig 2

Victor Lustig (a droite)                                

 

 

 

 

tour eiffel

photos de 1932 montrant la remise en peinture de la tour Eiffel