Connue sous le surnom de « la merveilleuse femme sans bras », Kathy Smith est née parfaitement conformée avec la seule infortune de voir le jour dans une famille d'une totale indigence et d'avoir eu un père violent et alcoolique.

kathy_smith_1



Katherine voit le jour un soir d'octobre 1882 à Chicago munie de ses deux bras. Le foyer comporte sa mère, sans travail, son père, travailleur pauvre et deux frères. Tout ce monde est extrêmement pauvre, d'autant que deux années plus tard, vient au monde une seconde fille, quatrième enfant du couple Smith.

Dans sa biographie, Kathy raconte que personne ne mangeait à sa faim et qu'il n'y avait même pas de quoi se vêtir convenablement. Ils ne doivent les quelques repas qu'ils font qu' à de bonnes œuvres venant en aide aux plus pauvres. Son père, William, est un homme violent porté sur la bouteille et qui n'hésite pas à distribuer les raclées à tour de bras. Le seul répit de Kathy arrive au mois d'août 1891 quand elle part deux semaines pour changer d'air à Columbia City à l' initiative d'une association. Séjour de deux semaines qui lui permet de se changer les idées et de fuir un quotidien oppressant.
Répit de courte durée cependant, car au mois d'octobre de la même année, sa mère adorée décéde des suites d'un cancer foudroyant. Kathy a neuf ans et se voit confier la tenue du foyer.

Un mois après survint l'évènement qui lui fit perdre ses bras et dont les causes divergent : Kathy raconte dans son auto biographie qu'un jour de Thanksgiving, tandis que les autres enfants de la maison jouaient dehors, elle s'était retrouvée seule avec son père, elle serait tombée sur l'une des bouteilles d'alcool (du whisky ou de la liqueur selon les versions) de son père et désireuse d'en goûter en aurait bu une quantité non-négligeable. Puis elle raconte que l'effet aurait été immédiat et qu'elle se serait sentie faible. C'est alors que son père, d'une autre pièce, l'aurait enjointe à alimenter la poêle à bois de la cuisine. L'ivresse combinée à la chaleur du poêle lui aurait provoqué un malaise et elle serait tombée les bras en avant sur le poêle brûlant et ne dût son salut qu'a l'arrivée providentielle de son frère qui l'avait tirée de là, les bras grièvement brûlés.

Elle maintient cette version dans sa biographie mais aussi au tribunal car la justice soupçonne que le père est seul responsable des brûlures de Kathy. Et en effet, l'enquête de police laisse apercevoir une réalité bien plus douloureuse.

Il est en effet admis dans son entourage que William Smith est un homme violent, bourru et alcoolique de surcroit. Il aurait, alors qu'il était encore plus soûl que d'habitude, demandé à Kathy de mettre du bois dans le poêle afin qu'elle prépare le repas de Thanksgiving. Comme elle n'allait pas assez vite selon lui, il s'est levé pour la battre et en guise d'ultime punition lui maintint les bras plusieurs minutes sur le fourneau brûlant. Sa fille est atrocement brûlée et est admise à l'hôpital où elle restera plusieurs mois.
Ses brûlures les moins graves (au cou et sur la poitrine) sont soignées mais ses bras sont irrémédiablement perdus et elle est amputée des 2 membres.
William Smith est traduit en justice en mai 1892 mais il s'évertue a tout nier en bloc. Cependant, Kathy maintient l'explication accidentelle, si bien que les charges sont abandonnées. Il n'echappe à personne dans le tribunal que la fillette refuse de croiser le regard de son père et de l'embrasser à l'issue du procès.

Le juge décide quand même de la placer dans un institut spécialisé pour enfants handicapés où Kathy apprend à se servir de ses pieds pour compenser la perte de ses bras. Elle y reste quatre ans puis est envoyée dans une famille d'accueil jusqu'en 1904. Entre temps, elle a appris à se servir de ses pieds pour tout acte de la vie courante, comme écrire, tourner les pages d'un livre et bien d'autres choses - dont couper du bois!
Désormais majeure, elle est responsable d'elle-même mais sans le sou ni le moindre avenir professionnel en vue. Son père étant mort entre temps, elle décide de retourner dans son ancien foyer. Hélas, la situation s'est encore dégradée pour ses deux frères (sa sœur ayant quant à elle été placée, Kathy ne la reverra jamais) qui lui font savoir qu'elle ne peut vivre chez eux.

kathy_smith



C'est à ce moment-là qu'elle apprend à dessiner et elle ne tarde pas à vendre ses premières toiles.
Un de ses amis l'aide à vendre des petits livres que Kathy écrit et illustre.
Mieux même, puisqu'elle sait si bien se servir ses pieds, elle se tourne vers le spectacle et les plus grands promoteurs vont s'arracher sa présence : le cirque Ringling, Philleas Barnum, le dreamland du Coney Island...

Durant son show, elle y montre la dextérité qu'elle a acquise avec ses pieds : enfiler une aiguille, taper à la machine, dessiner et peindre, se brosser les cheveux, prendre son repas, jouer de la musique et bien d'autres exploits pour une personne dénuée de bras.

En l'espace de 12 ans, elle déclare un pécule de plus de 35'000 dollars (une somme coquette pour l'époque) qu'elle utilise pour venir en aide à des foyers pour enfants handicapés.
En 1913, elle fait encore la une des journaux en étant l'une des premières femmes de Chicago à aller voter.
Elle entreprend ensuite d'écrire sa biographie et de créer une société afin de la vendre mais elle est flouée par son comptable qui part avec la caisse. Elle continue les exhibitions jusqu' au milieu des années 20 avant de se marier. La date de son décès est inconnue.

 

 

 

Kathy Smith dans ses exercices d'adresses

 

 

 

Un dessin au fusain réalisé au pied