Détecté pour la première fois au cours de l'été 1997, le bloop désigne un son d'ultra basse fréquence, indétectable a l'oreille humaine. Si le phénomène semble avoir disparue au jour de la rédaction de cet article, nul ne peut aujourd'hui donner la provenance de ce son énigmatique, pas plus que la raison de sa disparition.

Ce son monte en fréquence sur une durée d'une minute environ, et se répète plusieurs fois durant cet été là, et ne se fit plus jamais entendre.

bloopAdaptée


Plusieurs hypothèses furent émises pour tenter d'élucider le phénomène. Les tenants de la thèse cryptozoologiste y virent la signature d'un animal énorme, bien plus gros qu'une baleine, peut-être une espèce de cétacé inconnues ou un calamar géant. Cependant, un animal aussi gros n'a jamais été observé. En effet, les cétacés sont obligés de remonter à la surface pour respirer, un animal si énorme ne serait pas passé inaperçu. Et aucun calamar n'est capable de produire un son ressemblant de prés ou de loin au bloop.

La thèse géologique fut rapidement écartée, aucune activité sismique n'étant constatée dans cette zone durant cette période.

La dernière hypothèse à voir le jour est celle d'une activité humaine, ce son pouvant être produit par une machine. En effet, la fréquence du bloop est compatible avec un sous-marin nucléaire en phase d'immersion.

Pour finir, certains passionnés de l'œuvre de H.P. Lovecraft rapprochèrent le Bloop de la ville (fictive) de R'lyeh, un endroit où dormirai Cthullu, un grand ancien du panthéon Lovecraftien. Ville imaginaire elle même proche du point nemo, c'est a dire le point le plus éloigné de toute terre.

Ceci dit, 2000 kilomètres séparent R'lyeh du bloop. Si le mystère autour de ce son ne fut jamais élucidé, il ne se refit jamais entendre.

 

Cthulhu_and_R'lyeh

Derniere suggestion d'un sismologue, le professeur Robert Dziak émit la possibilité que des icebergs se brisant pourrai emmètre un son se rapprochant du bloop.