La littérature en premier, puis le cinéma et la télévision ont eu tendance à véhiculer une certaine image du pirate, qui perdure encore de nos jours. Le bandeau sur l'œil, le perroquet sur l'épaule et les fameuses cartes aux trésors sont autant d'attributs que l'on prête aux pirates.

Le présent article va tenter de démêler le vrai du faux.

1/ Le bandeau sur l'œil


willy_le_borgneWilly le borgne, Barbe Rouge ou encore Albator sont autant de pirates indissociables de leur cache-oeil. À en croire l'imagerie populaire, les pirates seraient prédisposés à perdre leurs yeux au combat. Il est difficile de dire d'où nous est venue cette idée reçue. Selon une légende, cela aurait pour but d'occulter un œil valide et éviter qu'il ne soit ébloui. Ainsi, l'œil caché serait plus efficace en cas de luminosité faible (le pirate enlevant son bandeau la nuit)  et augmenterait l'efficacité au combat. Argument difficile à croire, car un œil en moins diminuera l'efficience au combat de jour.

 

Willy le borgne, les Goonies

 


2/Les pirates enterraient leurs « trésors »


Il faut savoir que le butin des pirates ne comprenaient que rarement des bijoux ou des joyaux, car les transports de marchandises précieuses, telles que l'or, les pierres précieuses et autres, étaient protégées par une flottille et dans des bateaux solides et armés. Ainsi, seuls les pirates les plus téméraires s'y risquaient. Le gros du butin des pirates consistait en pièces de huit, étoffes, produit de consommation courante (nourriture, boisson...) et... Esclaves.
De plus, il est plus probable que le butin soit dépensé très vite une fois débarqué, en fille facile, bamboches et autres plaisirs de la vie. Toutefois, il existe quelques cas de trésors pirates : selon la légende, Barbe noire enterrait une partie de ses prises. Les trésors perdus de Thomas Tew et Jacques Laffite continuent eux aussi de faire rêver les chasseurs de trésors.
Enfin, la fameuse carte au trésor n'est qu'un élément reçurent de la littérature et du cinéma.

 


3/ Le capitaine régnait en maître absolu et despotique à bord.


Contrairement à l'image populaire du capitaine jouissant d'un pouvoir total sur son équipage, un vaisseau possédait une vraie hiérarchie, et le poste de capitaine n'était pas acquis à vie.
Ainsi, nous connaissons plusieurs cas ou, pour une raison ou l'autre (Une trop grande cruauté ou au contraire, un refus d'attaquer un bateau, un manque de succès... ) , des hommes se sont rebellés contre leur capitaine pour le destituer. De plus, les grandes décisions importantes sont soumises au vote.
Enfin, si sa part du butin est un peu plus importante que celle du reste des hommes, elle n'excède pas deux fois celle des autres hommes.

 


4/ Les pirates étaient sans foi ni loi ni code de conduite.

Le fameux « code de conduite des pirates » est un des « running gag » de Pirate des Caraïbes, mais qu'en était-il vraiment ? Il faut savoir que c'est le capitaine Bortholomew Roberts qui étendit l'influence du code des pirates. En gros, il s'agit de régir la vie à bord. Afin d'éviter que les capitaines ne règnent en maître absolu, le code est généralement admis et appliqué.
Ainsi : toutes les décisions importantes étaient soumises au vote est chaque membre d'équipages disposaient d'un voix.
Le vol était interdit à bord, et prendre une partie du butin ou dérober des affaires personnelles à un autre pirate était punis de coups de fouet ou de mutilation (généralement, le nez et/ou les oreilles étaient tranchées) .
L'équipage était tenu de garder ses armes en parfait état.
Les femmes sont interdites à bord.
Le butin était reparti comme suit : parts pour le capitaine et son second, une part et demi pour le canonnier et le maitre d'équipage et une part pour tous les autres.

De plus, une véritable assurance invalidité était mise en place et une somme était allouée au pirate qui serait rendu infirme au combat selon la gravité de son état.

 


5/ Tous les pirates arboraient le pavillon noir avec une tête-de-mort

 


Élément récurent à tous les films de pirates, le « Jolly Roger » , le pavillon à tête de mort, semble être le drapeau officiel des pirates. En vérité, chaque embarcation pirate avait le sien reprenant peu ou prou le même thème, dont les parties du squelette humain (souvent, le crâne). S'il est sur fond noir, c'est que le combat à mort peut-être évité. Sur fond rouge, cela voulait dire qu'il n'y aura pas de quartier et que le combat sera sans pitié.

jolly_roger

Représentation classique du Jolly Roger


6/ Les pirates naviguaient sur de fiers 3 mats

 


C'est sans doute le vaisseau pirate le plus représenté, à cause de son aspect majestueux. Que ce soit un galion comme dans Peter pan, une galère ou un imposant vaisseau de guerre, ces navires étaient en fait assez peu apprécié des pirates.
S'ils étaient puissamment armés, ils étaient cependant peu maniables et il fallait un équipage important pour les manœuvrer. Les pirates leur préféraient des bateaux plus modestes et rapide, comme les sloop ou la goélette.
L'un des rares capitaines pirates à avoir eu une galère fut William Kidd.

 

sloop

un sloop


7/ A l'abordage !

 

 

Encore une fois il est très impressionnant de voir une bande de hors-la-loi sautant d'un navire à l'autre, couteau entre les dents et hurlant. La réalité encore une fois est tout autre, il n'était pas rare qu'un vaisseau pirate doive poursuivre leur cible des heures durant dans un véritable travail de sape, une fois arrivé à hauteur, un ou plusieurs coups de semonce sont tirés au canon : la poudre et les munitions sont onéreuses, il ne faut pas les gaspiller ! Souvent, comme la cargaison convoitée n'en vaut pas la peine, elle est abandonnée sans combattre.Dans le cas ou la marchandise est précieuse ou que l'équipage est disposé à rendre les coups, le combat commence -Cependant, les pirates font souvent des prisonniers, afin de leur faire avouer s'ils ont de l'or ou si certains d'entre eux ne désirent pas grossir leur rang. Les musiciens, chirurgiens ou hommes ayant des capacités particulièrement sont apprécié.